Le pour et le contre de « par contre »

Controversial French Expression

Par contre vs en revanche
Share / Tweet / Pin Me!

In 1737, the French expression par contre had its first detractor: none other than Voltaire.

 La plupart des gens de lettres qui travaillent en Hollande, où se fait le plus grand commerce de livres, s’infectent d’une autre espèce de barbarie, qui vient du langage des marchands ; ils commencent à écrire par contre, pour au contraire.
Conseils à un journaliste, page 395
Most literary people who work in Holland, where the most book trade takes place, are infected by another type of barbarism, which somes from the language of merchants: they’re starting to write par contre rather than "on the contrary."

The real debate began much more than 120 years later with a remarque in Littré (aka Dictionnaire de la langue française) that supported and expanded Voltaire’s criticism:

 Par contre est une locution dont plusieurs se servent, pour dire en compensation, en revanche […] Cette locution, qui a été tout particulièrement critiquée par Voltaire et qui paraît provenir du langage commercial, peut se justifier grammaticalement […] mais elle ne se justifie guère logiquement, par contre signifiant bien plutôt contrairement que en compensation, et devant provenir de quelque ellipse commerciale (par contre ayant été dit pour par contre-envoi) ; en tout cas, il convient de suivre l’avis de Voltaire et de ne transporter cette locution hors du langage commercial dans aucun style.
Contre
 : Littré (1863-1872)
Par contre is a phrase that many use, to say "in compensation, on the other hand" …. This phrase, which was particularly criticized by Voltaire and which seems to come from commercial language, can be justified grammatically … but it is hardly justified logically, since par contre is much closer to "contrarily" than "in compensation," and since it must come from some commercial ellipsis (par contre having been said in place of "by return mail); in any case, it’s advisable to follow Voltaire’s advice and to not take this phrase outside of commercial language in any style.

But Larousse had other ideas:

Loc. adv. Par contre, En revanche, par compensation : Si plusieurs essais de Buffon sont heureux, quelques autres, par contre, ne le sont pas. || Cette locution, généralement condamnée par les grammairiens, est universellement usitée. Il n’est, d’ailleurs, pas impossible de la justifier, en admettant que contre y est pris substantivement, ce que prouve surabondamment la présence de la préposition par.
Contre : Grand Larousse du XIXe siècle (1876)
Adverbial phrase. Par contre : On the other hand, in compensation. "While several of Buffons essays are happy, some others, on the other hand, aren’t." || This phrase, generally condemned by grammarians, is universally used. Moreover, it’s not impossible to justify it, assuming that contre is used nominally [like a noun] here, which the presence of the preposition par abundantly proves.

As Larousse implied, many authors continued using the phrase, though it was another 70 years before André Gide countered the criticism outright:

 Je sais bien que Voltaire et Littré proscrivent cette locution ; mais « en revanche » et « en compensation », formules de remplacement que Littré propose, ne me paraissent pas toujours convenables […] Trouveriez-vous décent qu’une femme vous dise : « Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche j’y ai perdu mes deux fils » ? ou « la moisson n’a pas été mauvaise, mais en compensation toutes les pommes de terre ont pourri » ? « Par contre » m’est nécessaire et, me pardonne Littré, je m’y tiens.
Attendu que… (1943)
I know that Voltaire and Littré proscribe this phrase, but "on the other hand" and "in compensation," replacement formulas proposed by Littré, do not always seem suitable to me …. Would you find it proper that a woman tells you, "Yes, my brother and husband came back safe from the war; on the other hand I lost my two sons"? or "the harvest wasn’t bad, but in compensation all the potatoes rotted"? Par contre is necessary to me and, beg pardon Littré, I’m keeping it.

These examples make it very clear that par contre is useful and unique, and French grammar bible Le Bon Usage even quoted them in its 8th edition:

 Il ne faudrait pas croire que en compensation ou en revanche puissent, dans tous les cas, suffire pour exprimer l’idée qu’on rendrait au moyen de par contre : en compensation et en revanche ajoutent à l’idée d’opposition une idée particulière d’équilibre heureusement rétabli ; par contre exprime, d’une façon toute générale, la simple opposition et a le sens nu de « mais d’autre part », « mais d’un autre côté ». — Gide le fait très justement remarquer […]
Grévisse, page 994 (1964)
One shouldn’t believe that "in compensation" or "on the other hand" can, in all cases, suffice to express the idea that one would with par contre: "in compensation" and "on the other hand" add to the idea of opposition a particular idea of happily reestablished equilibrium; par contre expresses, in a completely generic way, the simple opposition and has the naked sense of "but on another note," "but on the other hand." — Gide very aptly pointed this out ….

Two years later, Belgian linguist Albert Doppagne added his two cents:

 [L]e succès qu’ont réservé à par contre la plupart des écrivains du XXe siècle, le fait qu’il ne soit pas toujours remplaçable par les locutions par lesquelles on propose de le remplacer, légitiment tout à fait l’utilisation de cette locution.
Trois aspects du français contemporain, page 193 (1966)
The success that most 20th century writers have reserved for par contre, the fact that it’s not always replaceable by the phrases that are suggested to replace it, completely legitimize the use of this phrase.

But it’s only since 1988 that Académie française has reluctantly concurred:

 Condamné par Littré d’après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale Par contre a été utilisée par d’excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant, en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc.
Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller, chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible.
Ce n’est pas toujours le cas [comme] Gide remarquait […]

Par contre : Questions de langue, Académie française
Condemned by Littré after a remark by Voltaire, the adverbial phrase Par contre has been used by excellent French authors, from Stendhal to Montherlant, as well as ….
It therefore cannot be considered a mistake, but it has become standard to discourage it any time the use of another adverb is possible.
This is not always the case [as] Gide remarked ….

Le Grand Robert is more enthusiastic:

 Par contre a été condamné par certains pédagogues puristes ; cependant il n’est pas toujours remplaçable. Il introduit un avantage ou un inconvénient, alors que en compensation et en revanche n’introduisent qu’un avantage. Si on peut les employer dans la phrase « S’il n’a pas de cœur, par contre il est intelligent », il est impossible de les substituer à par contre dans celle-ci : « S’il est intelligent, par contre il n’a pas de cœur ». Mais n’insiste pas assez sur l’opposition. Au contraire marque une opposition trop précise.
Le Grand Robert
Par contre has been condemned by some purist pedagogs; however it’s not always replaceable. It introduces an advantage or disadvantage, whereas "in compensation" and "on the other hand" only introduce an advantage. While one can use them in the sentence "He may have no heart, in compensation he is intelligent," it’s impossible to substitute them for par contre in this one: "He may be is intelligent, in compensation he has no heart." "But" does not offer enough of a contrast. "On the contrary" offers too precise a contrast.

And Hanse-Blampain sums it all up perfectly:

 Par contre, qui exprime une opposition de façon plus nuancée que mais, est entré depuis très longtemps dans le meilleur usage, malgré Voltaire et les puristes, et est d’ailleurs utile et même parfois nécessaire. On le définit mal en le donnant comme synonyme de «en compensation, en revanche», qui expriment aussi une opposition. En compensation, comme en contrepartie, doit introduire un avantage. En revanche doit aussi logiquement avoir toujours ce sens, lié à celui de revanche ; mais on le substitue parfois à par contre, qu’on n’ose employer : Il joue fort bien du violon ; en revanche c’est un piètre chef d’orchestre (GLLF). Il faudrait dire par contre, qui est plus neutre et (c’est capital) introduit un avantage ou un inconvénient opposé à ce qui précède : Il est un peu paresseux, par contre il est honnête ou Il est assurément honnête, par contre il est trop naïf. Lorsque par contre introduit l’énoncé d’une perte, d’un inconvénient, il ne peut être remplacé par en compensation et il ne devrait pas l’être par en revanche. André Gide l’a fort bien montré […]
Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne (2005)
Par contre, which expresses a contrast in a more nuanced way than "but," has been part of the most correct usage (of language) for a very long time, despite Voltaire and the purists, and moreover is useful and even sometimes necessary. It’s defined poorly when it is given the synonyms "in compensation, on the other hand," which also express a contrast. "In compensation," like "to make up for it," must introduce an advantage. "On the other hand" must also logically always have this mearning, linked to that of "revenge"; but we sometimes substitute it for par contre, which we don’t dare use: "He plays the violon very well; on the other hand he’s a very poor conductor (Grand Larousse de la Langue Française). We should say par contre, which is more neutral and (this is key) introduces an advantage or a disadvantage that contrasts what precedes it: "He’s a little lazy, but (at least) he’s honest" or "He’s certainly honest, but on the other hand he’s too naïve." When par contre introduces the uttering of a loss, of a disadvantage, it can’t be replaced by "in compensation" and shouldn’t be by "on the other hand." André Gide proved it ….
 

 So there you have it – the pros and cons of the French expression par contre. What’s really interesting to me is that Littré extended Voltaire’s criticism far beyond what he actually said, and that André Gide’s perfect examples really should have ended the debate decades ago.

 Related lessons

 Share / Tweet / Pin Me!

What's wrong with par contre?

Stay up to date with Lawless French

Any Questions?

 Ask away in the comments section below or start a conversation on any of the Lawless French social media pages.
 

More Lawless French

 Subscribe to my twice-weekly newsletter.
      

Support Lawless French

  This free website is created with love and a great deal of work.

If you love it, please consider making a one-time or monthly donation.

Your support is entirely optional but tremendously appreciated.